Info ou infox sur le don de gamètes

Un homme divorcé peut-il faire un don de sperme ? Une femme en couple doit-elle obtenir le consentement de son conjoint pour faire un don d’ovocytes ? Démêlez le vrai du faux avec la MCF.

 

Il n’est pas nécessaire d’être en couple pour faire un don.

Vrai. =>  Les personnes seules, séparées ou divorcées peuvent donner des ovocytes ou des spermatozoïdes. Une seule condition: être en bonne santé.

Le conjoint n’est pas obligé de donner son consentement à un don de gamètes ?.
Faux. =>  
Les donneuses et les donneurs, s’ils sont officiellement en couple, doivent obtenir le consentement de leur conjoint.

Il faut déjà être parent pour pouvoir donner ses spermatozoïdes ou ses ovocytes.
Faux. =>  C’était vrai jusqu’à il y a encore peu de temps, mais ce n’est plus le cas. Par un décret publié le 15 octobre 2015, le ministère de la Santé, a autorisé le don des personnes n’ayant pas eu d’enfant. Cette mesure a été prise afin d’augmenter le nombre de donneurs et de donneuses. Rappelons que 3 000 couples sont dans l’attente d’un don, en France.

On peut faire un don d’ovocytes jusqu’à la ménopause.
Faux. =>  Une femme ne peut pas donner ses ovocytes avant 18 ans et au-delà de 37 ans, en raison d’une baisse de la fertilité après cet âge.

Il y a une limite d’âge pour faire un don de sperme.
Vrai. =>  Un homme peut donner son sperme à partir de 18 ans et jusqu’à 45 ans.

La donneuse ne sait pas combien d’ovocytes ont été prélevés.
Vrai. =>  Les centres d’étude et de conservation des œufs et du sperme (Cecos) préfèrent ne pas communiquer à la donneuse le nombre d’ovocytes qui ont été prélevés. En moyenne, un don permet de recueillir une dizaine d’ovocytes, qui peuvent être répartis entre plusieurs receveuses.

Tous les couples, infertiles ou non, peuvent bénéficier d’un don.
Plutôt faux. =>  Il faut qu’au moins l’un des conjoints soit infertile pour pouvoir bénéficier d’un don dans le cadre d’une assistance médicale à la procréation. Mais il y a des exceptions pour certains couples fertiles susceptibles de transmettre une maladie grave.

Les enfants nés d’un don ne peuvent pas connaître l’identité des donneurs.

Vrai. =>  Les Cecos conservent le nom des donneurs pendant plusieurs années, mais le couple qui bénéficie du don ne peut pas avoir accès à ces informations. L’inverse est vrai : donneurs et donneuses ne peuvent pas connaître l’identité du couple receveur.

Le don de sperme « artisanal » gratuit est permis par la loi.
Faux. =>  Le don de spermatozoïdes doit être réalisé dans le cadre strict de l’assistance médicale à la procréation et pratiquée dans un établissement autorisé afin de ne faire courir aucun risque sanitaire à la femme du couple receveur. Les hommes qui proposent leur sperme, avec ou sans rémunération, notamment sur les réseaux sociaux, encourent de deux à cinq ans d’emprisonnement et de 30 000 à 75 000 euros d’amende.

 

Moins de 35 ans : une offre Santé rien que pour vous

Découvrez notre offre Complémentaire santé

Découvrez notre offre Perte de revenu