Health visitor and a senior man during home visit

Bon ou mauvais cholestérol, quelle différence ?

Le cholestérol est une graisse indispensable au bon fonctionnement de l’organisme, mais son augmentation peut être un facteur de maladies cardio-vasculaires. Il n’existe qu’un seul type de cholestérol, mais ses deux modes de transport permettent de distinguer le bon du mauvais. 

Le rôle du cholestérol

Le cholestérol est une graisse apportée par l’alimentation, mais qui est aussi fabriquée à hauteur de deux tiers par le foie. Cette molécule de la famille des lipides assure plusieurs fonctions essentielles à la santé : 

  • Il fait partie des graisses corporelles
  • Il est précurseur de la vitamine D et permet sa synthèse par l’organisme
  • Il constitue les sels biliaires, qui participent à la digestion
  • Il participe à la constitution des membranes de notre corps
  • Il aide à la formation des synapses, les connexions entre les neurones
  • Pendant la grossesse, il assure le développement de certaines cellules du fœtus
  • Il constitue certaines hormones comme la testostérone ou la cortisone. 

Le cholestérol est acheminé dans l’organisme par le sang. Il est donc possible de mesurer sa concentration à l’aide d’un bilan sanguin. 

La différence entre le cholestérol HDL et LDL

Le transport du cholestérol dans le sang est assuré par deux types de protéines : 

  • Les lipoprotéines de basse densité (LDL)
  • Les lipoprotéines de haute densité (HDL).

Ce sont ces deux transporteurs qui créent la distinction entre “bon” et “mauvais” cholestérol. La HLD agit comme un “éboueur” et achemine le cholestérol des artères jusqu’au foie où il est transformé puis éliminé. La LDL accomplit le trajet en sens inverse. Le déséquilibre entre les deux transports peut causer l’accumulation de cholestérol dans le sang, qui forme des plaques dans les artères.
Un tiers du cholestérol est issu de notre alimentation, mais toutes les sources ne se valent pas : les produits laitiers, les viandes et les œufs ont une incidence relativement faible sur la quantité de cholestérol dans le sang. Ce sont plutôt les acides gras saturés ou trans, qu’on trouve dans les viandes grasses, le beurre ou les aliments transformés qui peuvent conduire à une accumulation importante de cholestérol dans l’organisme. 

Les risques liés à l’hypercholestérolémie

Mais pourquoi un taux de cholestérol élevé est-il dangereux ? Quel rôle joue-t-il dans le développement des maladies cardio-vasculaires ? Tout d’abord, seul l’excès de LDL est dangereux pour la santé. Lorsque cette protéine transporte une trop grande quantité de cholestérol, celui-ci peut se déposer sur les parois des vaisseaux sanguins, durcir, s’accumuler et détériorer les artères. Ce phénomène favorise également la formation de caillots et peut causer des accidents cardio-vasculaires brutaux. On estime que, dans les pays industrialisés, un décès sur quatre est lié à des artères endommagées par l’excès de cholestérol.
Les personnes les plus à risques sont : 

  • Les hommes de plus de quarante ans
  • Les femmes ménopausées
  • Les personnes en surpoids
  • Les fumeurs
  • Les personnes souffrant de diabète, d’hypertension ou présentant des antécédents familiaux (AVC, maladie du cœur…)
  • Les hommes souffrant de dysfonctionnement érectile. 

A partir de quarante ans, il est recommandé de surveiller régulièrement son taux de cholestérol. 

Comment agir sur la concentration de cholestérol ? 

Lorsqu’on mesure son taux de cholestérol à l’aide d’une prise de sang, il est important de surveiller le niveau de HDL, qui limite l’accumulation de la LDL dans le sang. L’hypercholestérolémie peut être d’origine génétique, mais peut aussi être prévenue et baisée grâce à une hygiène de vie appropriée. L’alimentation joue un rôle important dans la concentration en cholestérol. Globalement, les professionnels de santé estiment qu’il est nécessaire de limiter ses apports en graisses animales et en acides gras saturés ou trans. Concrètement, cela consiste à éviter les aliments transformés, les plats préparés, les produits laitiers entiers, les viandes grasses, les fritures… Privilégiez les viandes blanches et maigres, les graisses végétales, le poisson, les produits laitiers allégés, les fruits et les légumes… Dans certains cas, le médecin peut proposer un régime adapté pour réduire votre taux de cholestérol. L’activité physique régulière est aussi un outil de prévention important.
A noter que certains traitements médicamenteux comme la cortisone, les médicaments contre l’acné ou les contraceptifs peuvent augmenter la concentration en cholestérol. De même, des maladies comme le diabète, la thyroïde ou l’obésité peuvent affecter vos résultats. Le tabagisme joue aussi un rôle important dans le développement de l’hypercholestérolémie.

Être recontacté par un conseiller

Vous avez des questions ou souhaitez être guidé ? Remplissez le formulaire ci-dessous afin d’être recontacté par un conseiller MCF.

Pour être joint par un conseiller, indiquez votre numéro de téléphone et vos disponibilités dans le corps du message (du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 13h à 15h).