12-11 sante mentale prevention mcf

Santé mentale : la prévention s’y applique aussi !

La prévention ne consiste pas qu’en rendez-vous médicaux ou en prises de sang, mais aussi en un suivi de notre état mental. Burn-out, dépression, post-partum, adolescence, comment la prévention s’applique-t-elle à la santé mentale ? 

L’importance de la santé mentale

L’équilibre mental fait partie intégrante de la santé globale et est indispensable à une vie saine, mais aussi au bon fonctionnement de la société. Selon l’OMS, une bonne santé mentale permet aux individus de se réaliser, d’accomplir un travail productif, de surmonter les tensions et de contribuer à la vie de leur communauté. Contrairement aux idées reçues, une bonne santé mentale ne se limite pas à l’absence de troubles psychiques. Elle dépend à la fois de facteurs extérieurs, tels que l’accès au logement ou au travail, mais aussi de facteurs personnels. Certains moments de la vie sont plus propices aux fragilités et le patrimoine génétique a une incidence certaine sur la santé mentale. Même en présence de troubles psychiques, l’équilibre mental dépend de l’offre de soins, des conditions de vie, des connaissances médicales, de l’inclusion sociale…
En France, 7,5% des 15-85 ans ont souffert de dépression au cours des douze derniers mois et 2,4 millions de personnes sont prises en charge en psychiatrie (chiffres de l’OMS). En Europe, une personne sur quatre est touchée par des troubles psychiques au cours de sa vie, qu’ils soient passagers ou permanents. Même en l’absence de maladie mentale, il est possible de souffrir de dépression, de troubles alimentaires, d’addictions… Bonne nouvelle : il est possible de soigner et surtout de prévenir l’apparition de tels troubles !

De bonnes habitudes de vie

Les fondements d’une bonne santé mentale résident dans un équilibre entre : 

  • La santé physique
  • L’environnement social et économique
  • Les facteurs personnels (histoire de vie, estime de soi, expériences…).

Au quotidien, en l’absence de troubles, il convient d’adopter quelques bonnes habitudes de vie pour prendre soin de sa santé mentale. Surveillez votre alimentation : elle doit être équilibrée et diversifiée. Évitez les excès : plats trop riches, alcool, tabac… Veillez à vous coucher tôt  et à dormir suffisamment. La consommation, excessive ou non, de drogues n’est pas compatible avec une bonne santé mentale. L’activité physique et les relations sociales sont également essentielles pour notre bien-être. Marcher au moins trente minutes par jour, prendre les escaliers, passer du temps avec ses proches, s’inscrire à un club de théâtre… Ce sont autant d’habitudes qui contribuent à la promotion de la santé mentale ! Au travail, il est recommandé de cultiver la confiance en soi, le dialogue entre collaborateurs. La formation et le team building sont autant d’outils recommandés pour une vie professionnelle saine et épanouissante. 

Attention aux périodes à risques ! 

La santé mentale dépend de facteurs personnels mais aussi extérieurs. C’est pourquoi il existe des périodes plus à risques, de fragilité plus certaine, où il est recommandé de redoubler d’attention et de soin pour soi. L’adolescence est la première et la plus connue, puisqu’elle peut être le temps d’émergence des maladies mentales, de troubles alimentaires ou de dépression. On estime qu’en France, 15% des 15-20 ans ont besoin de suivi ou de soins en psychiatrie (OMS). Un chiffre en augmentation suite aux confinements de 2020, qui ont favorisé l’isolement des jeunes et le développement d’angoisses, de crises de panique et de dépression.
D’autres grandes étapes de la vie nous rendent également plus sensibles et fragiles : c’est notamment le cas du post-partum, les semaines et les mois qui suivent l’accouchement. Bien plus qu’une chute d’hormones, la dépression post-partum est une affection qui touche jusqu’à 7% des mères. Entre changement de vie et vertige face à la maternité, les jeunes mères souffrent aussi de l’isolement et du manque de prise en charge après l’accouchement. De même, la perte d’un emploi ou un décès dans la famille peuvent avoir des effets importants sur la santé mentale et sont des causes fréquentes de dépression. Le passage à la retraite est un autre changement de vie qui peut grandement affecter la santé mentale. Il convient, à tous ces moments, de rester vigilant et d’ancrer encore plus ses bonnes habitudes vie au quotidien afin de prévenir l’apparition d’éventuels troubles. 

Les signes qui doivent alerter

  • Chaque changement de vie, qu’il soit positif ou négatif (rencontre amoureuse, décès d’un proche, changement d’emploi…), doit s’accompagner d’une vigilance soutenue sur son état émotionnel. 
  • Des crises de larmes, des insomnies, une mauvaise image de soi sont des signes parfois discrets qui doivent vous alerter sur votre santé mentale. 
  • De même, un manque d’appétit, des fringales, des douleurs peuvent être signes de fragilité. 
  • Il est tout à fait normal d’expérimenter de petits moments de déprime passagère ou saisonnière. Prendre soin de sa santé mentale consiste à apprendre à prendre soin de soi pour prévenir l’apparition de troubles plus graves. 
  • En cas de symptômes qui s’installent sur la durée (insomnies, déprime, panique, etc.), il est nécessaire de consulter un psychiatre, qui pourra prescrire un suivi approprié. 
  • Même en cas de psychose avérée, la promotion de la santé mentale est primordiale pour garantir le bien-être des patients. Elle peut passer par un suivi classique en psychiatrie, mais aussi des thérapies complémentaires : psychanalyse, EMDR…

Être recontacté par un conseiller

Vous avez des questions ou souhaitez être guidé ? Remplissez le formulaire ci-dessous afin d’être recontacté par un conseiller MCF.

Pour être joint par un conseiller, indiquez votre numéro de téléphone et vos disponibilités dans le corps du message (du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 13h à 15h).